Harry Williams

(Redirigé depuis Harry E. Williams)
Harry Williams

Harry Williams, né en 1906 et décédé en septembre 1983, est un concepteur de jeux automatiques et un entrepreneur Américain.

Il est le fondateur de l'une des plus importantes entreprises de flipper : la Williams Manufacturing Company.

1 Débuts[modifier]

Harry Williams possède un diplôme d'ingénieur obtenu à l'université de Stanford en 1929.

Il débute sa carrière sur la côte ouest des Etats-Unis comme distributeur de flippers.[1] Très vite, il comprend qu'il peut réaliser davantage de bénéfices en achetant des machines d'occasion et en les reconditionnant. Il commence à concevoir ses propres plateaux de jeu qu'il installe sur des flippers d'occasions.

Ce fut sa première expérience de concepteur. Cette expérience lui a appris les bases du métier, notamment comment placer les éléments d'un plateau (trous, butées etc.) [2].

2 Automatic Amusements[modifier]

En 1932, Harry Williams fonde la compagnie Automatic Amusements à Los-Angeles [3]. Cette compagnie était installée dans le quartier des commerçants de machines à sous (Sur le Pico Boulevard).

Avec sa société Automatic Amusements, Harry Williams conçoit ses premiers flippers : Advance, Signal et Dealer [2]. Il s'allie à de grandes entreprises (Bally, Seeburg et Exhibit) pour distribuer ces machines dans l'est et le centre des Etats-Unis. Il se charge de les distribuer sur la côte ouest. Les entreprises partenaires avaient l'obligation contractuelle de mentionner le nom d'Harry Williams sur les brochures promotionnelles.

Au cours des années 1930, Harry Williams collabore avec la compagnie Pacific Amusement basée à Los Angeles. Avec cette société, il réalise le flipper Contact (1933) qui fut le premier flipper relié à l'électricité. Ce flipper possédait deux trous éjecteurs (Contact holes) propulsés par des bobines électriques. Il possédait également une sonnette électrique. Il fut le premier flipper à émettre des sons.

En 1933, Harry Williams invente le tilt, un dispositif "anti-triche" qui se déclenche lorsque le joueur bouscule ou soulève la machine. Il installe ce mécanisme sur la machine Advance (1933).

3 Déménagement à Chicago[modifier]

En 1935, Harry Williams déménage à Chicago, le centre de l'industrie du flipper. Il confie à son père la gestion de l'entreprise Automatic Amusements de Los Angeles (Cette compagnie sera liquidée quelques temps plus tard).

De 1935 à 1937, Harry Williams conçoit des flippers pour le fabricant Rock Ola, puis de 1937 à 1938 pour le fabricant Bally. Il reste peu de temps chez Bally n’appréciant pas les conditions de travail dans cette entreprise [2].

En 1938, il rejoint la société Exhibit Supply dans laquelle il reste jusqu'en 1941.

En 1941, Harry Williams s'associe à Lyndon Durant, un ancien de Bally, pour fonder la United Manufacturing Company. Cette entreprise était spécialisée dans le reconditionnement d'anciens flippers. En cette période de guerre, il était impossible de construire des machines neuves. Les matières premières étant réquisitionnées.

4 Fondation de la compagnie Williams[modifier]

En 1943, Harry Williams revend ses parts de la United Manufacturing Company à Lyn Durant et fonde la Williams Manufacturing Company. Il s'associe rapidement à Sam Stern, un ancien exploitant/distributeur de flipper, possédant un bon sens du commerce. Sam Stern s'occupait des affaires de l'entreprise et Harry Williams pouvait se concentrer sur ce qu'il aimait faire : Concevoir des jeux [4]. En 1947, les deux associés sortent leur premier flipper équipé de batteurs : le Sunny. Le boom économique de l'après guerre a favorisé la demande de nouveaux flippers, l'industrie était florissante, et la compagnie Williams s'est fortement développée.

5 Une retraite active[modifier]

Durant les années 1950, Sam Stern et Harry Williams pilotent conjointement la Williams Manufacturing Company.

En 1959, Harry Williams revend ses parts dans l'entreprise et s'installe en Floride. Là-bas, il fonde une nouvelle compagnie : Southland Engineering. Avec cette compagnie, il produit un jeu de mini-golf nommé Little Pro (1964). Ce jeu a connu un grand succès, à tel point que la Williams Manufacturing Company, son ancienne compagnie, a décidé de le racheter [5].

Jusqu'à la fin de sa vie, et même à un grand âge, Harry Williams a continué à concevoir des flippers. Notamment pour Stern Electronics : Wild Fyre (1978), Dracula (1979), Hot Hand (1979), Ali (1980), Cheetah (1980), Flight 2000 (1980), Freefall (1981) ....

Harry Williams est décédé en septembre 1983.

6 Références[modifier]

  1. Article The world before pong [1]
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Conversation entre Russ Jensen et Harry Williams [2]
  3. Automatic Amusements sur IPDB [3]
  4. http://www.pinrepair.com/wmswood/
  5. http://www.pinrepair.com/baseball/mingolf.htm

7 Source[modifier]

Powered by MediaWiki
Cette page a été modifiée pour la dernière fois le 26 septembre 2019 à 09:38.