Playmatic

Logo Playmatic.jpg

Playmatic est un fabricant espagnol de flipper, en activité de 1967 à 1987, ayant produit plus de 60 flippers.[1]

1 Histoire

Noth Pole, un des premiers flippers Playmatic.

Playmatic fut fondée par Luis Gimeno Martín, Alfredo Villalba García et Francisco Munte Abello, trois anciens employés de l'entreprise Cedes SA (Fabricant espagnol de flippers).

Playmatic était installée, à ses débuts, dans la banlieue de Barcelone, à Santa Coloma de Gramanet. En 1968, la société déménage dans le centre de la capitale Catalane, agrandissant son usine.

L'entreprise réalise une trentaine de flippers électromécaniques entre 1967 et 1977. Les premiers modèles étant North Pole et Rose Wind.

En 1978, Playmatic produit son premier flipper électronique, le Space Gambler [2]. L'électronique de ce flipper a été développée par la société barcelonaise EFO SA (Electronica Funcional Operativa SA), une entreprise peu connue mais importante dans l'histoire de l'arcade espagnole. Cette société a été pionnière dans l'incorporation de composants électroniques dans les flippers et dans le développement des premières bornes d'arcade entièrement conçues en Espagne.[3]

Playmatic est considérée comme l'un des fabricants de flippers les plus importants d'Espagne. L'entreprise possédait une forte capacité d'exportation, permettant à ses machines d'atteindre de nombreux pays, dont les États-Unis, berceau du flipper.

1.1 Diversification

Destroyer (Cidelsa, 1980)
Space Gambler, premier flipper électronique Playmatic (1978)

En 1980, Playmatic s'est lancée dans la production de jeux vidéo d'arcade, sous la marque CIDELSA (Centro Industrial de Desarrollos Electrónicos SA) , une marque créée en association avec EFO SA. CIDELSA est à l'origine de la première borne d'arcade entièrement réalisée en Espagne: Destroyer. Toute l'électronique de cette borne d'arcade fut développée à Barcelone par EFO SA .

Playmatic s'est également aventurée dans la production de bingo au cours de cette même année 1980.

1.2 Répliques américaines

L'entreprise avait l'habitude de produire des copies de flippers américains. Quelques exemples :

  • Les deux premières machines de Playmatic, North Pole et Rose Winds, sont des répliques de modèles Gottlieb (Aloha 1961, et Trade Winds 1962).
  • Le flipper Robin Hood de Playmatic possède la même disposition plateau que l'Olympics de Gottlieb (1962).[4]
  • Même chose pour le flipper Caravan (1968) dont le plateau est presque identique à celui du Daffie de Williams (1968 ).[5]
  • On peut citer également le flipper Fantasy (1976) dont le plateau est proche de celui du Flicker de Bally (1975). [6]
  • Sur le flipper Spain 82, la butée entre les batteurs est similaire à celle du Fireball II de Bally (1981). Cette butée est activable par un bouton sur la caisse.

Playmatic copiait aussi l'esthétique des flippers américains :

  • La glace du flipper Fairy (09/1975) est inspirée de celle de l'Atlantis de Gottlieb (01/1975).[7]
  • Celle du flipper Space Gambler (1978) a des similitudes avec le Target Alpha de Gottlieb (1976). Notamment le dessin de la femme portant un casque. [8]

Les flippers Atlantis et Target Alpha sont signés de Gordon Morison, un illustrateur Gottlieb qui fut souvent plagié. Le fabricant espagnol Recel a aussi copié son travail.

Playmatic a acheté des œuvres de l'artiste barcelonais Blas Gallego pour illustrer les flippers Nautilus (1984) et Rock 2500 (1985).[9][10] Blas Gallego, illustrateur né en 1941, a travaillé dans le secteur de la bande dessinée, de la publicité et du cinéma (réalisation d'affiches).[11][12]

1.3 Particularités techniques

Flash Dragon (1986)

A la différence des fabricants américains, Playmatic ne peignait pas directement d'illustration sur les plateaux de flippers. Ces plateaux étaient recouverts d'une feuille plastifiée contenant une image. Ce qui les rendait plus résistants.

En 1986, Playmatic produit le flipper Flash Dragon qui possède une fonctionnalité assez originale : le flipper prend en photo le joueur qui décroche le plus haut score. Un appareil polaroid est installé dans le fronton de la machine.

1.4 Au Portugal

Dans les années 1970, le Portugal avait des lois strictes sur l'importation des jeux de casinos et ces lois s'étendaient aux flippers. Pour contourner cette législation, des flippers espagnols étaient importés discrètement, puis modifiés, et revendiqués de fabrication Portugaise. La société Irmacor réalisait ce type de modifications. Le flipper Flash-Baseball d'Irmacor est une conversion du Space Gambler de Playmatic. Les modèles Dona Elvira, Feitiço et S. João du fabricant portugais sont aussi des conversions de Playmatic. [13][14][15][16]

1.5 Fermeture

En 1985, la chute du dollar met en difficulté les fabricants européens. Les flippers importés des USA atteignent des prix aussi compétitifs que ceux fabriqués en Europe. Playmatic ne peut faire face à cette concurrence. L'entreprise arrête son activité en 1987. La même année que les fabricants Jeutel et Zaccaria.

2 Production

Voir la liste des flippers Playmatic sur l'Internet Pinball Database.

ZIRA.jpg

3 Références

4 Remerciements

Merci à LorenZ pour ses informations et ses photos.

Powered by MediaWiki
Cette page a été modifiée pour la dernière fois le 28 avril 2021 à 10:54.